Le Fonds Nominoë-CHU de Rennes aux 360 Possibles

360 possibles

Les professeurs Karim Boudjema et Jean-Yves Gauvrit, tous deux membres du Comité scientifique de Nominoë, sont intervenus aux rencontres de l’innovation 2014 « les 360 possibles ».

Le Professeur Karim BOUDJEMA a évoqué « L'hôpital, un lieu privilégié pour l’innovation ».

Le CHU de Rennes fait preuve d’un réel dynamisme technologique. Il intègre le meilleur des technologies avec pour seul objectif, la qualité des soins et le confort du patient.
Imagerie médicale, télémédecine, chirurgie robotique (…) viennent compléter la recherche en laboratoire pour traiter plus tôt, plus vite et mieux de nombreuses pathologies.Ces avancées viennent alimenter la recherche et l’enseignement qui avec le soin constituent les trois missions d’un CHU.
Cette dynamique d’innovations participe également fortement à la création de valeur et donc à la création d’emplois sur notre territoire. Ce cercle vertueux innovation en santé / innovation économique doit être résolument exploité.
Le Professeur Karim Boudjema, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive au CHU de Rennes, Vice-Doyen de la Faculté de Médecine et Président du Comité scientifique du Fonds Nominoë a expliqué comment l’hôpital s’intègre dans le développement économique d’une région.

Le Professeur Jean-Yves GAUVRIT a présenté « L’imagerie médicale dernière génération, des techniques combinées ».

De la cardiologie aux neurosciences en passant par la mise en œuvre des biomatériaux ou la chirurgie, l’imagerie médicale est devenue un outil incontournable au service des patients. Elle apporte des informations complémentaires à l’examen clinique et aux paramètres biologiques pour une meilleure prévention, un diagnostic plus précoce et un suivi thérapeutique personnalisé. L’imagerie est aussi devenue thérapeutique par la radiologie interventionnelle.
Toutes ces informations et pratiques sont issues de technologies diverses comme la radiologie conventionnelle, le scanner, l’échographie, l’IRM et la médecine nucléaire.Ces solutions s'améliorent constammentmais la révolution de ce début de siècle est de pouvoir les associer. La dernière-née est une machinehybride associant la technique de médecine nucléaire et l’IRM (TEP-IRM).
Le professeur Jean-Yves Gauvrit a expliqué pourquoi ces nouvelles machines sont très prometteuses et comment il sera possible de cibler une zone d’intervention et d’évaluer, en temps réel, l’efficacité d’un traitement et ainsi de l’adapter.

 

Newsletter

 
[ Pour se désabonner ]