Les nouvelles approches thérapeutiques

divers

L'enjeu est de permettre aux patients en échec thérapeutique de bénéficier, sans tarder, de nouvelles approches parmi lesquelles :

  • La thérapie génique : avec le séquençage à haut débit, on identifie le gène responsable de la maladie pour le corriger ou le remplacer.
  • La thérapie cellulaire : l'utilisation clinique de cellules souches mésenchymateuses favorise la réparation tissulaire in vivo (médecine régénératrice) et l'immunothérapie.
  • Les médicaments biologiques : il s’agit de modifier une cellule de sorte qu’elle génère les protéines nécessaires au traitement de la maladie (certains cancers, lymphomes..). La mise au point de nouveaux médicaments biologiques, bien que longue et coûteuse, offrira les meilleures chances de produire des traitements efficaces contre le cancer, la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiaques ou des affections auto-immunes. D’ici à 10 ans, 40% des médicaments seront des médicaments biologiques.
  • La recherche et la validation de nouveaux biomarqueurs (tests diagnostiques sur des échantillons biologiques, sang, urine, tissus cancéreux) permettent de dépister précocement une maladie, de suivre son évolution et d’évaluer la réaction à un traitement. Les biomarqueurs servent aussi à identifier les patients chez lesquels les médicaments biologiques seront efficaces. Ils contribuent ainsi à personnaliser un traitement. A titre d'exemple, l’Ostéopontine a été identifiée à Rennes comme un biomarqueur sensible et spécifique pour la détection précoce des cancers biliaires.

Avec votre aide, les équipes du CHU de Rennes pourront accélerer le développement de ces nouvelles approches thérapeutiques.